peintures naturelles_une

Peintures bio pour un air intérieur sain ?

Relooker les murs d’une pièce ou simplement donner un peu de peps à un meuble ancien – la peinture est notre allrounder préféré pour transformer un logement en « Home Sweet Home ».   

Choisir une peinture, ce n’est pas si simple : il faut la bonne teinte, une formule adaptée au support et… des composés qui ne nuisent pas à notre santé ! Mais commençant par le début…

Qu’est-ce qu’une peinture ?

Une préparation de peinture est essentiellement composée d’un liant, d’un ou de plusieurs pigments et d’un solvant. Le liant forme un enduit adhérent. Le pigment est dilué dans le liant et confère à la pâte sa couleur. Le solvant, ou diluant, s’évapore au contact de l’air. Un mastic augmente la cohésion et l’adhérence de la pellicule sèche de peinture.

Les Composés Organiques Volatiles (COV)

Dans les solvants, on peut trouver des produits chimiques. Comme les solvants, ces produits s’évaporent lors du séchage de la peinture. Ils impactent directement l’atmosphère et participent au dérèglement du climat de la planète.  Mais encore, leurs effets sur la santé peuvent être néfastes. Les COV, notamment les formaldéhydes, peuvent provoquer des irritations sensorielles, et, pour les personnes à exposition intense, des manifestations plus sévères ont pu être constatées (effets cancérogènes, troubles cardiaques, …).

Ce que dit la réglementation

Depuis le 1er janvier 2010, une réglementation européenne fixe des seuils de COV à ne pas dépasser pour les produits en phase aqueuse et en phase solvant.

site_MEDDTL_etiquetage_produits_constructionPlus simple encore, la nouvelle étiquette environnementale pour les produits de construction et de décoration indique depuis le 1erjanvier 2012, de manière simple et lisible, le niveau d’émission du produit en polluants volatils. Optez pour les peintures les moins émettrices de COV qui sont classées tout en haut de l’étiquette, en « A+ ».

Des peintures bio vraiment plus saines ?

Pour obtenir les peintures dites « bio », on remplace les résines d’origine pétrochimique par des composants d’origine végétale (huile de lin, de soja…) ou minérale (chaux, argile, …). Les teintes sont créées à partir de pigments minéraux extraits par exemple de terres colorées, d’ocres ou d’argiles.

Cela ne signifie pas forcément que la peinture bio ne contienne aucun produit chimique. Selon les marques, la peinture bio peut être créée à partir de 100 % d’ingrédients naturels, d’autres affichent seulement 95 ou 98 % car les fabricants ont préféré conserver une part d’additifs pétroliers afin d’obtenir un meilleur confort d’application et/ou un temps de séchage plus rapide.

Cela dit, toutes (!) les peintures, même naturelles, contiennent et émettent des COV. Il est techniquement impossible de faire autrement. Ce qui les distingue des peintures « classiques », c’est qu’il y en a nettement moins. Leur taux de COV ne dépasse pas les 5 g/l et certaines en contiennent même moins de 1 g/l. Elles disposent donc toutes de l’étiquette « A+ » (ci-dessus).

Si vous optez pour une peinture naturelle, faites attention aux allergènes qui peuvent être présents, notamment sous forme de terpènes issus des agrumes ou du pin qui servent parfois de liant. Pour manipuler des peintures à base de chaux, il est conseillé de porter des gants, car même naturelle la chaux peut être irritante. Les pots contenant de la chaux doivent d’ailleurs porter une étiquette « Xi » (sur fond jaune).

Les labels à retenir

EcolabelEUnf_environnementEcolabel européen (logo de fleur)
Norme NF Environnement


Mon bilan des peintures « bio/naturelles » :

Outre leur composition moins nocive pour la santé des Hommes, leur impact est également moins important sur l’environnement. Les peintures naturelles sont biodégradables et leur réalisation consomme moins d’énergie et produit moins de déchets. A adopter !

 

Bon à savoir :

– les peintures à base d’huiles végétales subissent forcément une transformation chimique.
– le pic d’émission de COV se fait environ 3 jours après l’application. Ouvrez-donc bien les fenêtres au moins pendant 1 semaine après les travaux de peinture.
– les peintures mattes contiennent moins de COV que les peintures brillantes ou satinées.
– la mention « sans COV » signifie que le taux de COV est inférieur à 5 g/l (et supérieur à 0 g/l).

Sources : Côté Maison, Bio etc, Leroy Merlin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *